Qui sommes-nous ?

Le comité d’entraide internationale (CEI) est le bras diaconal de l’Église évangélique au Maroc (EEAM). Ce service travaille aussi bien auprès des plus fragiles de ses paroisses locales qu’auprès des migrants et réfugiés subsahariens qui sont établis au Maroc ou le traversent en direction d’autres horizons.

Dans son organisation, le CEI a deux niveaux. Un bureau national définit la stratégie et gère certains programmes, tandis que les équipes locales travaillent sur le terrain ou assurent des permanences où sont accueillis les bénéficiaires. Ces équipes représentent toutes la diversité de notre Église. Nous avons neuf bureaux locaux au Maroc, à savoir : Agadir, Marrakech, Casablanca, Rabat, Meknès, Fès, Oujda, Tanger, Tétouan.

Aide d’urgence

L’aide d’urgence a pour objectif de répondre aux besoins les plus fondamentaux. Suivant les bureaux et les demandes, elle consiste en aide médicale, aide alimentaire et/ou vestimentaire, et également en l’orientation et l’accompagnement des personnes reçues vers d’autres services sociaux. Parfois même, il faut aider à l’organisation des obsèques, et au paiement des frais.

Cas lourds

Les cas lourds sont les situations, généralement liées à des problème de santé, blessures graves ou traumatismes, qui dépassent les capacités ou moyens de l’équipe locale. C’est alors le bureau national qui prend en charge les procédures médicales nécessaires.

Microprojets

À travers des microprojets, le CEI fournit une solution viable à ceux qui veulent gagner leur indépendance. Ces microprojets consistent à aider, ceux qui le souhaitent, à créer une activité – cordonnerie, menuiserie, coiffure, vente de poissons fumé ou séché, etc. – en leur fournissant un financement pour l’acquisition de matériel ou le démarrage de l’activité choisie. Ils sont ensuite suivis par un membre du CEI pour que leur activité devienne génératrice de revenus.

Bourse d’étude

LE programme de bourse est une spécificité de l’aide apportée par le CEI. Le CEI accorde des bourses aux étudiants subsahariens pour compléter les bourses qu’ils reçoivent de leur pays ou du gouvernement marocain ou les ressources dont ils disposent afin d’éviter qu’ils ne tombent dans une situation de précarité qui pourrait le faire basculer dans l’illégalité.

Pour ceux qui ont terminé leurs études mais qui n’ont pas de moyens pour rentrer dans leur pays d’origine, le CEI offre aussi une bourse pour payer des frais scolaires et poursuivre leurs études et parfois pour acheter un billet de retour.

Formation professionnelle

Les formations professionnelles sont destinées aux personnes qui ont déjà les rudiments d’un métier ou qui veulent en apprendre un pour trouver du travail et devenir autonomes. Les stagiaires sont placés chez un formateur qui les encadre pendant une période de trois mois. Les métiers sont variées: de la soudure et la peinture jusqu’à la pâtisserie et la couture.

Matching funds

Ce service est spécifiquement destiné aux membres des paroisses de l’EEAM qui se trouvent en difficulté. La paroisse est appelée à récolter une somme, que le bureau national du CEI abonde d’un montant égal, doublant ainsi la somme collectée.