Pourquoi fêter noël ?

http://vitm.com/index.html Quel sens donnons-nous à nos fêtes ?
Chaque année, à l’approche des festivités de fin d’année, deux préoccupations rongent certains de nos paroissiens.
Le fait que les dates choisies pour les fêtes observées comme fêtes chrétiennes (la noël en occurrence) soient liées aux observances païennes qui se faisaient jadis, avant l’évangélisation de certaines contrées.
Puis, les données bibliques qui semblent contradictoires avec les pratiques cultuelles liées aux festivités de fin d’année – quelqu’un a cité même le texte de Galates 4 :8-11.
Par quoi commencer ?
J’aimerais faire quelques observations, trois, pour être précis.
D’abord que les fêtes traditionnelles et culturelles (païennes) étaient souvent liées à l’adoration des divinités. Ensuite, plusieurs cultures attachaient beaucoup d’importance à l’observance correcte de ces fêtes pour obtenir soit la faveur, soit le pouvoir des divins dans la vie de l’adorateur. Enfin, les pratiques liées à ces fêtes étaient, des fois, immorales.
Paul s’oppose clairement à la pratique de l’idolâtrie et l’immoralité, mais dans le contexte de Galates ce qui le trouble le plus, c’est l’idée qu’on peut manipuler Dieu pour ses faveurs pendant ces jours spéciaux. C’est une erreur énorme de penser que par la force de nos actes, nous pouvons «obliger» Dieu de faire quelque chose.
Pour le premier souci, il est vrai que la date «choisie» pour fêter la naissance de Jésus Christ ne correspond pas à une date historique de sa naissance – d’ailleurs, aucune date historique n’est donnée –. On n’a aucune idée quand il était né. Aucune idée. Mais est-ce que cela voudrait dire qu’on ne devrait pas célébrer sa naissance ?
C’est vrai que la date de Noël correspond, plus ou moins, à la date du solstice d’hiver et que c’était le moment où les Romains fêtaient «Saturnalia», la fête de la naissance du soleil invaincu. En 325, Constantine, le premier empereur romain chrétien, a proclamé qu’au lieu de fêter la fête de la naissance du soleil invaincu, les chrétiens fêteraient la fête du sauveur Jésus Christ. C’est une manière de re-clamer ce moment significatif dans l’année, ce moment le plus sombre, théologiquement.
Dans le moment le plus froid de l’année, quand la nuit est la plus longue, c’est à moment précisément que nous fêtons la naissance du sauveur qui vint dans notre nuit, dans nos ténèbres, vulnérable, mais pleine de puissance de Dieu. Les chrétiens –ceux qui nous précédés– n’ont pas dit, «Le 25 décembre (ou le 6 janvier), c’est le jour où Jésus est né.» Ils ont dit, «Le 25 décembre, c’est le jour où nous allons nous souvenir du miracle du Seigneur qui vient nous sauver de nos ténèbres et fait briller la lumière de Dieu sur nous.»

http://backyardgardensjoseph.com/?bioener=are-we-officially-dating-australian-release&ff1=d6

enter site  

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

http://gsc-research.de/gsc/datenbank/datenbank/suchergebnis/suchdetailseite/index.html?tx_mfcgsc_unternehmen[uid]=3677 throat piercers ondamar hotel apartamentos lama dari biasanya. Tunggu saja sampai masuk tampilan SAMSUNG Galaxy Selamat…