Grâce aux moyens de transport qui se sont considérablement développés ces dernières décennies, de plus en plus de gens quittent momentanément leur milieu pour des séjours à l’étranger, allant de quelques jours à plusieurs années. Dans notre contexte, beaucoup d’étudiants viennent poursuivre leur formation au Maroc.

Si, pour partir, la panoplie de ressources semble aussi variée qu’accessible, qu’en est-il du retour? Certes, un départ pour l’étranger demande une bonne préparation, un peu de courage et des moyens financiers. Mais suffit-il d’avoir son billet d’avion pour bien rentrer au pays d’origine ? Quelles sont les implications d’un retour chez-soi après un long séjour à l’étranger?

Objectifs :

Ce séminaire vise essentiellement à :

  1. encourager les étudiant-e-s subsaharien-ne-s au Maroc en général et les boursiers du CEI en particulier à envisager l’éventualité d’un retour au pays d’origine ;
  2. les sensibiliser à l’impact que peut avoir le retour des compétences sur le développement des pays d’Afrique subsaharienne ;
  3. les préparer à faire face à d’éventuels obstacles méconnus à leur retour au pays d’origine ;
  4. créer un espace de rencontre et d’échange entre les boursiers du CEI.

Date, lieu et durée du séminaire :

  • Samedi 21 juillet 2018
  • Église Évangélique Au Maroc, Paroisse de Rabat – 44, Avenue Allal ben Abdellah, Centre-Ville, Rabat (à côté de l’agence marocaine de presse – MAP – et non loin de la gare de Rabat-Ville)
  • 3 heures (10h00 – 13h00)

Oratrice :

  • Mme Delalune KOBO N’DEKELE, conseillère économique à l’ambassade de la Centrafrique

Fil conducteur :

  1. Introduction
  2. Présentation du CEI
  3. Partie 1 : Définition du concept « choc culturel »
  4. Partie 2 : Étapes du retour au pays d’origine et du choc culturel
  5. Partie 3 : Symptômes du choc culturel
  6. Partie 4 : Moyens pour faciliter la réintégration dans le pays d’origine
  7. Discussion
  8. Conclusion