L’église évangélique au Maroc (EEAM) va effectuer un pas important dans son histoire au cours du synode de cette année prévue du 10 au 12 novembre 2017 à Casablanca. En effet, ce synode annuel sera marqué par la consécration de la première vague de pasteurs formée par l’EEAM. Tout un symbole pour cet acte qui intervient en pleine année de célébration des 500 ans de la réforme protestante. En tant que première communauté protestante installée et reconnue au royaume chérifien depuis 1907, l’EEAM qui se défini comme une église à la croisée des chemins en terre musulmane, est le prototype idéal pour examiner l’essence même de la réforme introduite par Luther au XVI siècle.

La thématique retenue pour ce synode portera donc sur la réforme. Elle est articulée comme suit : « Ecclesia reformata semper reformanda » (Église réformée, en perpétuelle réformation) : Cinq soli – Cinq impératifs – Cinq défis d’avenir ». Elle sera traitée en deux parties :

  • En quoi l’EEAM est fidèle à la Réforme ?
  • Quelle église voulons-nous laisser aux générations à venir ?

Il sera ainsi question de passer en revue les 5 piliers de la réforme :

  • SOLI DEO GLORIA : Dieu est le seul qu’il faut adorer et prier ;
  • SOLA GRATIA : Le salut n’est pas le résultat de nos efforts ou de nos mérites, mais s’obtient par la grâce seule ;
  • SOLUS CHRISTUS : Jésus-Christ est le seul médiateur entre Dieu et nous ;
  • SOLA FIDE : Le salut n’est pas donné par les sacrements ou la religion, mais par la foi seule ;
  • SOLA SCRIPTURA : La Bible est l’autorité suprême en matière de doctrine.

Durant 3 jours, une soixantaine de déléguées issues des 11 paroisses et mouvements que compte l’EEAM sur l’étendue du territoire marocain vont plancher sur l’adoption des textes de l’église à la lumière des fondements de la réforme. Il s’agira d’un exercice décisif pour les portes-voix des différentes assemblées puisque ces nouveaux textes (entre autres, la révision Règlement intérieur) régiront désormais la vie de l’église pour les prochaines années.

Le synode 2017 est ainsi placé sous le signe de la maturité et de l’unité. Après les différentes crises qu’a connues l’EEAM au fil de l’histoire, la commission exécutive de l’église s’est attelée au cours de ces 5 dernières années à rebâtir sur d’ancienne ruine avec le Seigneur, comme ce fut le cas en son temps pour le prophète Jérémie. L’heure d’une première partie de la moisson a sonné pour cette église en perpétuelle reformation.  

Les textes de bases de ces journées synodales sont tirés de : 1Thessaloniciens. 5:19-22 N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; abstenez-vous de toute espèce de mal et Ephesiens.5:15-17: Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages; rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C’est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.

Consécration de 4 Pasteurs

L’EEAM qui a fondé en 2012 l’institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa (https://www.almowafaqa.com/presentation) va procéder lors du culte de clôture de ce synode à la consécration de 4 pasteurs issus de la première promotion.

Le culte prévu le dimanche 12 novembre 2017 à partir de 10h45 à la paroisse de Casablanca verra la consécration de :

– Pasteur Maximilien LUZEKA , (Paroisse d’Agadir)

– Pasteur Jurauve TCHICAYA Bayonne (Paroisse de Meknès)

– Pasteur Jean Marie KASONGO (Paroisse de Tanger)

– Pasteur Miora ANDRIATSIMALIA (Comité d’Entraide Internationale –CEI)

Ils rejoignent ainsi leur promotionnaire le Pasteur Jacob N’doffo TOLNO, premier pasteur de l’EEAM qui a été consacré le 2 juillet 2017, et qui sert actuellement à l’église presbytérienne du Kenya.

Un accomplissement qui va sûrement réjouir la présidente de l’EEAM, Pasteur Karen Smith, et bien sûr toute la famille EEAM dispersée dans les quatre coins du globe.

Près de 400 personnes sont attendues à ce culte. Le programme complet du synode est disponible ici.

Pour la commission communication. Gaëlle YOMI